Le chauffage collectif et la production d’eau chaude sanitaire par les énergies renouvelables pour les copropriétés

Nombreuses sont les copropriétés qui possèdent des installations de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire collectives au fioul ou au gaz vétustes et donc peu performantes. L’impact sur la facture énergétique peut être conséquent. Après avoir optimisé les performances thermiques de l’enveloppe du bâtiment (isolation, remplacement des menuiseries, etc…) il est également possible d’avoir recours aux énergies renouvelables pour diminuer les coûts de fonctionnement et limiter les fluctuations du prix des énergies fossiles.

Voici quelques exemples de solutions :

Le Bois énergie

Dans le cas d’un chauffage collectif existant il est possible de convertir l’installation fioul ou gaz par une installation fonctionnant au bois énergie. Il existe 2 types de solutions :

  • Le bois déchiqueté :

cette solution peut parfois être difficile à mettre en œuvre pour des raisons de place et d’accès au silo de stockage mais lorsqu’elle peut s’envisager, elle offre l’avantage d’un coût d’achat de combustible très compétitif par rapport aux autres énergies (exemple de prix moyen pour 2015 : fioul = 0.08€ TTC/kWh; bois déchiqueté = 0.03€TTC/kWh)

plaquettes

  • Le bois granulé :

cette solution est plus facile à mettre en œuvre et les techniques d’alimentation sont moins contraignantes. Néanmoins le coût du combustible est légèrement plus élevé que celui du bois énergie.
L’investissement d’une installation fonctionnant au bois déchiqueté est plus important que celui d’une installation fonctionnant au bois granulé néanmoins le coût du bois déchiqueté est plus faible que celui du granulé. La pertinence d’une solution plutôt que de l’autre est donc à étudier au cas par cas.

granules

Le solaire thermique pour la production d’eau chaude sanitaire

Une installation solaire thermique collective peut être utilisée pour la production d’une partie de l’eau chaude sanitaire. En moyenne, lorsque l’installation est correctement dimensionnée, elle peut couvrir 50% des besoins annuels des logements. La taille de l’installation correspond en moyenne à 1.5m² de capteur par logement. Les capteurs sont positionnés en toiture et sont reliés à un ballon solaire en chaufferie. Une énergie d’appoint est nécessaire pour subvenir aux besoins lorsque la production solaire n’est pas suffisante.

st

Voici ci-après une fiche pratique sur le solaire thermique en copropriété : http://www.idemu.org/IMG/pdf/FT27-Le_solaire_thermique_en_coproprit.pdf

Remarque : dans certaines configurations et selon les besoins, il est possible d’avoir recours à une installation solaire collective pour la production d’une partie du chauffage des logements.

Les pompes à chaleur

Il est également possible d’avoir recours à une installation collective fonctionnant avec une pompe à chaleur sur captage verticale ou captage sur eau de nappe (le captage horizontale n’est pas adapté pour des logements collectifs). L’énergie est puisée dans le sol puis transférée vers les émetteurs par un système thermodynamique. Cette solution n’est envisageable que sous certaines conditions (techniques et administratives). Elle est plus ou moins adaptée selon la zone géographique et surtout selon les caractéristiques du sol et peut être très intéressante lorsque la nappe phréatique est assez proche.

Le réseau de chaleur fonctionnant avec des énergies renouvelable

Lorsqu’un réseau de chaleur collectif existe sur la commune et qu’il se situe à proximité du site ou tout simplement lorsqu’un projet est en réflexion il peut être très intéressant de se raccorder au réseau de chaleur. L’installation de chauffage de la copropriété est déposée et remplacée par un échangeur équipé d’une panoplie hydraulique. La facturation se fait directement auprès du maître d’ouvrage du réseau. Il n’y a donc plus de frais d’entretien de la chaufferie pour la copropriété.
Lien utile : http://www.ageden38.org/wp-content/uploads/reseaux_chaleur_bois.pdf

Exemple de réalisation :
aaaaa – réseau de chaleur de Villard-de-Lans de 3km fonctionnant au bois énergie et alimentant une trentaine de bâtiments dont plusieurs copropriétés – (mise en service en 2016),
aaaaa – réseau de chaleur de Voreppe de 4.9km fonctionnant au bois énergie et alimentant plus de 800 logements (bailleurs sociaux et copropriétés – en fonctionnement depuis 2015).

chaufferie voreppe

Les aides aux études et à l’investissement :

Il existe plusieurs dispositifs d’aides pour les études et pour la réalisation des installations présentés ci-dessus. l’AGEDEN est en mesure d’accompagner les maîtres d’ouvrages de copropriété pour identifier la pertinence de mise en œuvre ainsi que les aides mobilisables pour chacune d’entre elle.